Vote uninominal à 2 tours

Qui l’utilise ? France

Le vote uninominal à deux tours est un système utilisé dans de nombreux pays, pour des élections politiques, nationales ou locales, en particulier pour des élections importantes de type présidentiel.

Mise en œuvre :
Chaque électeur vote pour l’un des candidats qui se présentent. Le candidat peut être affilié à un parti ou être indépendant. Dans la variante usuelle, si un candidat obtient plus de la moitié des voix, il est élu, et si aucun candidat n’obtient la moitié des voix, on organise une nouvelle élection (un « second tour ») entre les deux candidats ayant obtenu le plus de voix. Souvent le second tour a lieu deux semaines après le premier. Les candidats font à nouveau campagne entre les deux tours.

Exemple :
Au premier tour, le candidat A reçoit 40 % des votes, B reçoit 30 % des votes, C reçoit 20 % des votes et D 10 % des votes.
Aucun candidat n’est élu au premier tour. On organisera un second tour entre les candidats A et B.

Avantages et Désavantages :
Ce système électoral est simple mais il nécessite l’organisation de deux élections.

Le candidat élu finalement a reçu le soutien d’une majorité des votants, au premier ou au second tour.

Un candidat rejeté par une majorité ne peut donc pas être élu. Curieusement, un candidat peut être éliminé au premier tour alors même qu’il aurait battu au second tour tout autre candidat.

Les électeurs pouvant voter au premier tour pour des petits candidats sans avoir l’impression de perdre leur vote, ce système autorise une grande diversité des candidatures. Mais les scores de premier tour sont difficiles à interpréter car certains électeurs utilisent le premier tour pour faire passer une idée, quand d’autres l’utilisent pour qualifier un candidat pour le second tour. L’existence d’un deuxième tour peut parfois susciter des candidatures peu sérieuses qui perturbent les interprétations des résultats du premier tour.